Connexion espace personnel

Recherche par commune

Recherche > Corrèze (19) > Aix > Extraits du Dictionnaire Historique et Archéologique des Paroisses du diocèse de Tulle de l'Abbé J.B. POULBRIÈRE (tome 1)

Extraits du Dictionnaire Historique et Archéologique des Paroisses du diocèse de Tulle de l'Abbé J.B. POULBRIÈRE (tome 1)

Réédition de l’ouvrage de 1894 - Imprimerie CHASTRUSSE et Cie, Brive, 1964

Date : 30/01/2023

 

           Canton d’Eygurande, arrondissement d’Ussel, ancien archiprêtré de Chirouze (Creuse). – Superficie : 4 801 hectares ; population : 1 124 habitants ; distance du chef-lieu cantonal : 9 kilomètres.

            Aix a pour titulaire et patron principal saint Martin de Tours : tout près du bourg se trouve un petit étang dit « étang de saint Martin », où l’on faisait autrefois, rapportent les vieillards, des processions pour obtenir la pluie ; on y portait la statue du saint et, selon les mêmes rapports, plus d’une fois la procession, sortie par un temps serein, est rentrée sous l’ondée. Rie qui voudra, mais le fait s’est vu ailleurs et les témoins qui l’assurent ne sont pas récusables. Saint Gervais et saint Protais sont patrons secondaires ; un petit réservoir, mais celui-ci sans tradition, porte le nom de Saint-Gervais. Aux deux côtés du maître-autel de l’église sont aussi des statues de martrys qui doivent représenter ces deux frères ; l’évêque de Tours, lui, a un autel.

            L’Eglise d’Aix, à chevet rectangulaire, paraît de la fin de l’époque romane. On y voit dans la nef une voûte en berceau, que des doubleaux divisent. Les chapelles, au nombre de quatre, sont postérieures ; postérieur est aussi le sanctuaire, qui, par sa croisée d’ogives prismatiques, ses contreforts angulaires et une fenêtre bien caractérisée, dénote pour le plus tôt un travail du XVIe siècle. Le rétable du maître-autel est une œuvre assez remarquable qu’on attribue à l’abbaye de Bonnaigue ; colonnes torses, vignes rampantes, oiseaux becquetant, chacun reconnaît là les motifs coutumiers de la sculpture aux temps de Louis XIV et de Louis XV.

            Un Jean de Rochefort, chevalier, seigneur d’Aix, avait fondé une vicairie à l’autel de saint Jean (XIVe siècle ?) : noble Marguerite Leloup de Beauvoir, dame d’Aix, y nomma en 1431. C’est dire que la maison Leloup, une des meilleures de l’Auvergne, avait succédé dans la seigneurie d’Aix à la maison de Rochefort. Antoine, un de ses membres, la possédait en effet en 1417. C’est à cette famille qu’appartenait peut-être Zélie d’Aix, épouse de noble Aymar de Beaufort, qui vivait aussi dans les débuts du XVe siècle : les deux époux vendirent à Isabelle de Vendat, dame de Ventadour, des biens situés dans les paroisses d’Ussel, de Saint-Exupéry et de Saint-Fréjoux. Plus tard, Aix passa dans d’autres mains.

            Le château, situé à peu de distance au-dessus du bourg, est présentement ruiné. On n’y voit plus que la trace des deux enceintes, du fossé, d’une tour ronde et de quelques sous-sols encore voûtés et dallés. Un imposant panorama sur les montagnes d’Auvergne dédommage richement le visiteur qui s’est égaré sur ces ruines.

            Ont été curés d’Aix : François Bournel, en 1698 ; Jean Bournel, vers 1736 ; Antoine Baudry, en 1769 ; Jean-François Dutheil, en 1770. L’évêque paraissait nommer seul à cette cure.

            Elle a sous sa direction les villages, hameaux, écarts, dont les noms suivent : Bascoulergue, la Besse, Bonnefont, qui dépendait du prieuré du Port-Dieu, à qui il fit reconnaissance le 7 mai 1587 en la personne du seigneur prieur Frère Antoine du Préhot, protonotaire du Saint-Siège ; la Bouchaix, Budeix, Chalons, gros village près de l’ancienne voie romaine, encore visible, de Bordeaux à Lyon ; la Chassanite, dont portait le nom l’avocat-auteur Bonnet de la Chassanite, que nous devons retrouver à Ussel ; Encognéras, les Ganes-Sauvettes, la Gare, ou station de la voie ferrée de Tulle à Clermont (1881) ; le Genêt, le Ciarneix, Grand-Cher, la Jarrige, la Jaloustre, le Marais, la Marsalouse, Mascharrier, Montaserre, le Moulin de Laval, la Navade, Rebeireix, ancien fief, la Roche, la Roussange, les Sauvettes, la Siauve, Vénar (étang), Ventéjoux, la Vergne, la Vialle.

 

 

 

 

ADDITIONS ET CORRECTIONS

 

Autres curés : 1180, N. Desmarez, dit vicaire ou délégué de l’abbé de Bonnaigue, curé primitif de la paroisse ; 1295, Pierre ; 1574, Jean Brisson ; 1822, Guillaume Longy ; 1829, Antoine Déchamp ; 1844, Léonard Levadour ; 1888, Jean Terrade. La vicairie d’Aix datait de 1410. Sa châtellerie fut aux Ventadour dans les derniers siècles. Larfeuille, Chez-Dagot, Lair, la Maisonneuve, Laval, les Valades sont des villages à ajouter. Bonnefont fut donné au Port-Dieu par Eble d’Ussel en 1225. Une branche cadette de cette famille avait, en 1262, à Chalons une seigneurie tombée plus tard en mains bourgeoises ; les rentes en furent liquidées en 1779 pour 7 580 livres. L’école libre des Sœurs institutrices de Treignac, fondée en 1862, est soutenue depuis la laïcisation de 1890 par le zèle du curé et la piété des paroissiens.