Connexion espace personnel

Recherche par commune

Recherche > Haute-Vienne (87) > Saint-Yrieix-sous-Aixe > Extraits du Dictionnaire Historique et Géographique de la Haute-Vienne d'André LECLER

Extraits du Dictionnaire Historique et Géographique de la Haute-Vienne d'André LECLER

Réimpression de l'édition de Limoges, 1920-1926 - Laffite Reprints, Marseille, 1994

Date : 13/02/2023

 

SAINT-YRIEIX-SOUS-AIXE, dans le canton d'Aixe, est le chef-lieu d'une commune qui a 873 hectares de superficie et 532 habitants. Son altitude au-dessus du niveau de la mer est de 304 mètres.

La cure de Saint-Yrieix-sous-Aixe, dans l'ancien archiprêtré de Saint-Junien a pour patron saint Yrieix, abbé, dont la fête est le 25 août. L'évêque de Limoges y faisait les nominations de curés en 1318, mais ce droit de les nommer est passé à l'abbesse de La Règle, depuis 1569. Au XVIIIe siècle il y avait 380 communiants, environ 507 habitants.

L'église de Saint-Yrieix fut rebâtie en 1496. C'était primitivement une nef romane de 6 mètres 60 de largeur ; il en reste encore le sanctuaire et la façade surmontée d'un pinacle à deux baies. Sa partie centrale comprend deux travées gothiques du XVe siècle, flanquées, au nord, d'une chapelle, et au midi d'un bas-côté du même style. Sa cloche, bénite le 17 septembre 1877, a été fondue par Hildebrand, de Paris, elle pèse 270 kilos.

Une vicairie fut fondée en 1587, au maître autel de cette église, par Martial Blanchard, prêtre du lieu de la Ratterie. Blanchard de Limoges, en 1592, y nommait un titulaire. En 1614, les nominations étaient faites par Martin, conseiller au présidial, comme héritier de Blanchard.

Il y avait une autre vicairie, dite de Saint-Jean.

Pendant la Révolution, le II thermidor an IV, 29 juillet 1796, le presbytère de Saint-Yrieix, fut vendu au sieur Estier, pour la somme de 3 864 francs (Archives de la Haute-Vienne, Q. 149, n° 205).

Ont été curés de Saint-Yrieix-sous-Aixe : Jacques Meyriglier, le 21 janvier 1488. — N… Michelon, le 6 juillet 1492. — Jacques Droyn alias Droy, nommé en 1569. — Barthélemy de Guibert, en 1585. — Léonard Boylaud alias Desvignes, en 1586. — Paul Brissaud, en 1595. — Gabriel des Egaux, en 1600. — Jean Nicolas, 1622-1656. — N… Martin, le 10 octobre 1715. — N… Mouret, 1759, mort en décembre 1765. — Léonard Cantillon de la Couture, nommé en 1765, y est au moment de la Révolution. — Pierre Chabrol, nommé le 24 avril 1803. — Jean Vauzelle, le 22 juillet 1817. — N… Pradeau, en 1832. — Jean-Baptiste Pérenquereur, le 1er août 1835. — Martial Madoumier, le 1er juillet 1837. — Jean-Baptiste Nanot, le 1er octobre 1853. — Louis Villette, en 1873. — Eugène Sudraud des Isles, en 1876. — Paul Mannat, en 1889. — Jean Ribière, en 1890. — Auguste Nore, en 1905.

 

Les villages de la commune de Saint-Yrieix-sous-Aixe sont :

 

Airin. — Près de ce village passait la grande voie romaine de Lyon à Saintes. Il y avait à Airin un prieuré de filles qui dépendait de l'abbesse de La Règle en 1450. Elle y faisait des nominations de prieuré en 1498, 1566, etc. Le patron de ce prieuré était saint Léobon, solitaire. Sa chapelle, où il y avait une vicairie, fondée en l'honneur de ce saint, fut ruinée pendant les guerres avant 1423.

Beauredon.

Graulière (La).

Gué de la Roche, dont une maison est dans la commune de Saint-Priest.

Jéas (La)

Mas-Marvent. — François Paignon, écuyer, sieur du Mas-Marvent, gendarme du roi, en 1684, portait pour armes : « d'argent à un chevron de gueules, accompagné en chef de deux croisettes de même et en pointe d'un arbre de sinople ».

 

 

Par acte du 19 avril 1782, Etienne Igonin de Romaneix, et sa fille Madeleine Igonin de Romanet, vendent à François Alluaud, ingénieur géographe du roi, le bien, fief et domaines du Mas-Marvent, moyennant 37 500 livres. Cette propriété appartenait encore en 1837 à M. François Alluaud : elle est passée par succession dans la famille Haviland.

Moulin Barlet.

Ratterie. — Un titre du 4 février 1493, fit mention de l'hôtel noble de La Ratterie. Ce lieu a peut-être appartenu à la famille Ratier, seigneur de Montrocher, en 1232, et de Nieul, en 1367.

Roche (La).

Vergne (La).